Réflexions managériales

Publié le par Sylvie

Réflexions managériales :

A partir de mon dernier ouvrage, je vous invite à réfléchir à quelques mots clés aujourd’hui…

1er mot clé : la confiance

Quand on parle de « confiance », dans le monde professionnel, il s’agit toujours de confiance conditionnée à un cadre : contexte, objectif … La confiance « inconditionnelle », un peu comme l’amour inconditionnel, n’existe pas dans cet environnement, et cela est important à reformuler car c’est à partir de cela que l’on va qualifier le type de confiance attendue et le niveau recherché. Cela évite des représentations trop éloignées, des déconvenues sur des confiances fantasmées, floues ou même inapropriées qui vont alors générer des incompréhensions, déceptions, frustrations…

En management, trois niveaux de confiance conditionnées s’imposent donc pour avancer :

  • la confiance en soi, d’abord, et qui se construit ;
  • celle qu’on met en l’autre (pour ce qu’on est prêt à engager avec lui) ;
  • enfin, la confiance en l’avenir concerné (celleci est très importante pour un dirigeant, par exemple, s’il veut faire preuve d’optimisme et de bienveillance pour avancer avec ses justes exigences).

Qualifier, spécifier, préciser les attendus de cette confiance permet, en conscience, de construire une approche positive, cernée et responsable, d’adulte. Elle intègre inévitablement : le discernement.

Ce cocktail gagnant est un nouvel équilibre à trouver dans le rapport au risque car, se fier n’exclue pas de se tromper, on est responsable, mais pas coupable.

Ainsi, le droit à l’erreur, inhérent à la prise de risque, est accepté à condition de savoir en tirer parti et rebondir. Et cela sous-tend, j’en suis profondément convaincue, pour rayonner en profondeur, une confiance en amont, cette fois plus inconditionnelle, c’est-à-dire, une confiance absolue dans la vie, dans les valeurs humaines, dans ce qui dépasse notre strict petit domaine, c’est une inspiration qui rend inspirant et qui, au-delà même du sens, touche au Sens plus large. La confiance fait donc souvent partie des valeurs  clés, et sa déclinaison en principes d’action va spécifier sa mise en place dans le quotidien professionnel partagé.

Ainsi, même si pour faire confiance dehors il faut se faire confiance dedans, il s’avère déjà nécessaire de commencer par avoir confiance. C’est la condition sine qua non pour s’adapter à l’inconnu.

2ème mot clé : l’optimisme

Dans les bons vents qui soufflent aujourd’hui, on sent des constantes-gagnantes. De nombreuses entreprises tentent avec sincérité l’entreprise du bonheur, le management jardinier, les positive attitudes, et veulent engager chacun à avancer en réalité et en bénéfices partagés.

Aujourd’hui, ce sont réellement des courants qui soufflent ces tendances, dans la vie des entreprises comme dans celle de notre gouvernement. Je me suis amusée à lister en parallèle les principes d’actions répétés qui sont mis en avant dans ces 2 cercles qui se rejoignent :

  • Mobiliser autour d’un objectif, clair et expliqué avec pédagogie ;
  • Montrer des convictions fortes et les faire partager dans la cordialité et la concertation ;
  • Oser agir et prendre des risques avec humilité et responsabilité ;
  • Accueillir la chance et surfer avec elle ;
  • S’appuyer sur des valeurs d’équipe, de respect et de transparence ;
  • Garder son cap et s’y référer en permanence pour donner du sens à ses pas.

Avec ces focus, de nouveaux comportements et valeurs s’installent, même s’ils se maillent aussi aux tendances précédentes.

La suite… demain sur mon blog !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article